Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

gare - Page 2

  • Le Nord-Belge, les guerres et l'Etat

    De 1853 à 1940, c’est donc la Compagnie du Nord-Belge qui exploita la ligne entre Charleroi et Erquelinnes, avec ses propres locomotives, ses propres gares et ses propres képis. Elle établit d’ailleurs à Saint-Martin, en amont de Marchienne-Zône, un arsenal avec de nombreux ateliers, des remises et tous les corps des métiers du rail à l’ancienne. Comme cette société  exploitait également d’autres chemins de fer, notamment entre Namur et Liège,  elle concurrença un temps l’Etat sur les itinéraires ferrés les plus rentables.

    Il y eut deux guerres mondiales qui n’épargnèrent pas la région. L’infrastructure ferroviaire présentant un intérêt stratégique majeur, l’envahisseur allemand en prit le contrôle. Les ponts sur la Sambre furent dynamités puis reconstruits, encore détruits et encore rebâtis. Les fleurons industriels furent annexés, sabotés ou pillés. Et puis il y eut les bombardements, la mort venue du ciel… Et quand la paix revint, on comprit qu’elle avait un prix : le coût de la reconstruction.

    En reprenant les lignes du Nord-Belge au seuil du deuxième conflit, l’Etat, par le biais de la nouvelle Société nationale des chemins de fer belges, paracheva son œuvre d’assimilation du réseau ferré dans sa quasi-entièreté. Une à une, les compagnies privées avaient cédé, criblées de dettes. A la fin des années 1940, le rail belge était devenu une chose publique... Et il devint sans tarder une charge publique, en plein désarroi industriel. Les charbonnages fermèrent, les fours à coke s’éteignirent.  Et les populations meurtries trouvèrent dans l’automobile se démocratisant une meilleure assurance de liberté…

    ligne 130a,nord-belge,gare,train,etat,sncb

    [ci-dessus: Détail d'une des façades latérales de la Gare du Nord à Paris, photographié le 10 juin 2013. Il rappelle que la gare était jadis un bastion de la Compagnie des chemins de fer du Nord, dont l'influence s'étendra dans nos terres pendant de longues années.]

  • Les correspondances en soirée

    ligne 130a,correspondances,soirée,sncb,train,gare,charleroi-sud,erquelinnes

    [ci-dessus: les horaires actuels montrent clairement le dernier train pour Erquelinnes à 21h13 du lundi au vendredi. Cela va changer le 15 décembre 2014...] 

    Dès le 15 décembre prochain, le dernier train pour Erquelinnes en soirée démarrera de Charleroi-Sud à 19h55. Comme je l’ai souligné ici, c’est une demi-victoire par rapport à la première version du nouveau plan de transport, qui prévoyait un dernier départ à 18h54. Mais cela reste un recul par rapport à la situation actuelle, où le dernier train démarre à 21h13. Et le temps n’est pas si éloigné, où il démarrait à 22h12. Faire rouler des trains en soirée sur la ligne 130A n’est, parait-il, vraiment pas rentable. Moi, je continue à dire que ceux qui nous gouvernent doivent repenser, dans le fond, la notion de service public. S’ils veulent réellement moins de voitures sur les routes du Royaume – et moins d’accidents, la nuit tombée – ils doivent redonner un élan à la politique de transports en commun et accepter, au-delà d’une gestion trop libérale de la chose commune, l’idée d’une rentabilité sociale…

    Bref. Passons maintenant aux correspondances en soirée avec notre ligne 130A. Et regardons la dernière heure possible à laquelle vous pourrez embarquer au départ d’une série de gares belges si vous souhaitez attraper le train L 4790, qui sera donc le dernier du jour, du lundi au vendredi, et roulera selon l’horaire suivant :

    19:55     L 4790                    ERQUELINNES

    S’arrête à : Marchienne-Zône 20h00, Landelies 20h04, Hourpes 20h08, Thuin 20h12, Lobbes 20h17, Fontaine-Valmont 20h23, Labuissière 20h26, Solre-sur-Sambre 20h29, Erquelinnes-Village 20h32, Erquelinnes 20h34.

     

    La plupart des gares dans la liste ci-dessous sont en liaison directe avec Charleroi-Sud. Les autres sont un panaché de celles qui ne seront plus en liaison directe avec Charleroi-Sud, celles qui correspondent à des liaisons touristiques (par exemple Blankenberge, Bierges-Walibi ou encore Cambron-Casteau pour PairiDaiza) et celles situées dans d’autres villes du pays (Gand, Verviers, Arlon etc.). Pour chacune de ces gares non en liaison directe avec Charleroi-Sud, vous trouverez entre parenthèses, après l’heure du dernier départ possible à la fin du jour, la mention de la ou des gare(s) de correspondance.

    Une fois l’heure de ce dernier départ possible passée, vous saurez qu’il vous faudra une voiture, peut-être un bus, pour rentrer chez vous, entre Marchienne-Zône en Erquelinnes. Ou dormir à Charleroi-Sud et attendre le premier train du lendemain…

     

    Aiseau 19h25, Andenne 18h51, Anvers-Berchem (Antwerpen-Berchem) 17h58, Anvers-Central (Antwerpen-Centraal) 17h52, Arlon 16h32 (via Namur), Auvelais 19h29, Barvaux 17h04 (via Marloie et Namur), Berzée 19h29, Bierges-Walibi 17h56 (via Ottignies), Blankenberge 16h42 (via Brugge et Bruxelles-Midi), Boondael 18h21, Braine-l’Alleud 19h00, Braine-le-Comte 18h58 (via La Louvière-Sud), Bruxelles-Central 18h36, Bruxelles-Luxembourg 18h10, Bruxelles-Midi 18h43, Bruxelles-National-Aéroport 18h13 (via Bruxelles-Midi), Bruxelles-Nord 18h32, Cambron-Casteau 18h14 (via Mons), Carnières 19h11 (via La Louvière-Sud), Céroux-Mousty 18h26, Charleroi-Ouest 19h04, Châtelet 19h41, Couillet 19h38, Courcelles-Motte 19h12, Court-Saint-Etienne 18h29, Couvin 18h53, Coxyde (Koksijde) 15h56 (via Bruxelles-Midi), Dinant17h57 (via Namur), Ecaussinnes 19h05 (via La Louvière-Sud), Etterbeek 18h15, Farciennes 19h28, Faux 18h33, Flawinne 18h58, Flémalle-Haute18h27, Fleurus 18h53, Floreffe 19h03, Forchies 19h04 (via La Louvière-Sud), Franière 19h06, Godarville 18h54 (via Luttre), Gouy-lez-Piéton18h59 (via Luttre), Huy 18h42, Jemeppe-sur-Sambre19h25, Knokke 16h36 (via Bruxelles-Midi), La Louvière-Centre19h22 (via La Louvière-Sud), La Louvière-Sud  19h33, La Panne (De Panne)15h52 (via Bruxelles-Midi),  La Roche (-en-Brabant) 18h35, Le Campinaire19h30, Libramont 17h04 (via Namur), Liège-Guillemins18h18, Liège-Jonfosse 18h12, Liège-Palais18h08, Ligny 18h49, Lillois 18h58 (via Nivelles), Linkebeek 18h37 (via Braine-l’Alleud), Lodelinsart 19h00, Luttre 19h21, Malines (Mechelen) 18h14, Manage 18h46 (via Luttre), Marchienne-au-Pont19h31, Mariembourg 19h02, Mons 19h18, Morlanwelz 19h14 (via La Louvière-Sud), Moustier 19h10, Namur 19h10, Nivelles 19h11, Obaix-Buzet19h02, Ostende (Oostende)17h09 (via Gent-Sint-Pieters et Bruxelles-Midi), Ottignies18h23, Philippeville 19h13, Piéton 19h08 (via La Louvière-Sud), Pont-à-Celles18h59 (via Luttre), Rhode-Saint-Genèse18h43 (via Braine-l’Alleud), Ronet 18h55, Roux 19h15, Saint-Ghislain19h06, Saint-Job18h26, Tamines 19h34, Tilly 18h44, Tournai 18h44, Verviers-Central17h39 (via Liège-Guillemins), Villers-la-Ville18h40, Vivier d’Oie18h24, Walcourt 19h25, Waterloo 18h49 (via Braine-l’Alleud)

    [ci-dessous: il est 18h59 à Charleroi-Sud où les trains pour Liège et pour Mons se croisent. La correspondance entre ces deux trains et celui pour Erquelinnes est actuellement d'une bonne vingtaine de minutes. Dès le 15 décembre, toutefois, elle sera considérablement raccourcie pour les usagers en provenance de Mons et La Louvière-Sud. Il faudra sans doute parfois courir...] 

    ligne 130a,correspondances,soirée,sncb,train,gare,charleroi-sud,erquelinnes

     Remarques et observations

    1.       J’aurais pu choisir de vous montrer avec précision quelle sera votre heure de départ, pour chacune de ces gares, si vous rentrez chez vous plus tôt. Après tout, les trains les plus fréquentés en soirée sont ceux qui démarrent vers Erquelinnes entre 16h30 et 18h30. Mais l’ajout de trains P en fin d’après-midi un peu partout sur le réseau rend l’exercice compliqué. Pour regarder quel sera exactement l’horaire de votre trajet après l’école ou le boulot, téléchargez le module à partir du site de la SNCB. Ici.

    2.      Dans la dernière version de son nouveau plan de transport, la SNCB semble avoir tenu compte des inquiétudes exprimées au sujet du gros problème de correspondance, en gare de Charleroi-Sud, entre les trains de la liaison IC Tournai-Mons-Namur et ceux de la ligne 130A. S’il n’y aura plus que six minutes de correspondance au lieu d’une bonne vingtaine actuellement, c’est mieux que les deux minutes (ou 58 minutes selon la norme en vigueur) annoncées dans la première version du plan. Reste qu’il ne faudra pas lambiner entre la voie 7 et la voie 11, à Charleroi-Sud…

    3.       La nouvelle suppression de trains en soirée vers Erquelinnes au départ de Charleroi-Sud rendra très difficile, dans certains cas, l’organisation d’une excursion en train sur une seule journée. Une journée à la mer ? OK, mais devoir prendre le train du retour déjà à 16h42 à Blankenberge ou à… 15h56 à La Panne ? La belle saison revenue, la SNCB refera rouler des trains supplémentaires vers la côte et les parcs d’attraction, mais il n’y en aura sans doute aucun qui ramènera les habitants de Thuin, de Lobbes ou d’Erquelinnes chez eux un peu plus tard…

     

  • Une action de terrain

    J’étais à Erquelinnes en matinée, vendredi dernier, pour une action de terrain à l’initiative de navetteurs.be. Nous étions en place dès 6h25, et nous avons pu commencer à distribuer des tracts aux voyageurs arrivant ou partant vers Charleroi. Vous nous avez peut-être vus ; nous avons peut-être échangé quelques mots…

    Les quatre cent tracts distribués, comme vous avez pu le découvrir dans l’article précédent, alertaient les usagers de la grande menace qui plane sur les trains en soirée. Certains parmi vous étaient déjà au courant; d’autres sont tombés des nues. Certains n’ont pas percuté; d’autres ont juré qu’ils signeraient la pétition dans l’heure. Même les plus jeunes se sont arrêtés, signe que la mobilisation concerne réellement tout le monde.  Les accompagnateurs de la SNCB nous ont réservé un accueil chaleureux – et il faut le souligner, car ils sont de notre côté.

    Une maman de Fontaine-Valmont m’a paru désemparée. Le train, elle l’utilise le matin pour aller déposer les bambins à l’école à Erquelinnes, puis rentrer chez elle. Les nouveaux horaires rendront cette scène quotidienne moins facile, car elle devra soit attendre plus longtemps à Erquelinnes avant de reprendre le train, soit les enfants arriveront à l’école quelques minutes après le début des cours. « Vais-je devoir passer mon permis ? », m’a-t-elle glissé, assez inquiète, sans vraiment attendre de réponse.

    ligne 130a,erquelinnes,navetteurs.be,train,gare,sncb,charleroi

    Une étudiante et sa maman ont tenu à m’expliquer que la suppression des trains en soirée forcerait la première à prendre un kot dès la rentrée, ce qui représente une dépense supplémentaire non négligeable pour la famille. Un habitué m’a confié que, travaillant à Mons, il craignait pour la correspondance à Charleroi au retour, le soir. « Comme ils ne sont jamais à l’heure… », a-t-il lancé en montant dans l’automotrice.

    Tout grand changement d’horaire des transports en commun s’accompagne de désagréments, a priori plus dommageables pour qui les emprunte au quotidien. La proposition de suppression de trains en soirée sur la ligne 130A, de même que le plan de correspondances avec les trains IC en provenance de Lille-Tournai-Mons-La Louvière, franchit la marge de l’acceptable. C’est ce que j’ai tenté d’expliquer aux journalistes de Télé-Sambre venus prendre le pouls d’une action somme toute réussie.

    Réussie parce que porteuse d’espoir.  

     

  • Le mystère des trains vides

    Il y a trois ans, j’ai passé deux nuits à la Clinique Saint-Joseph de Lobbes après être tombé d’une échelle. La Clinique borde le chemin de fer et, sans vraiment tendre l’oreille, on peut discerner, entre les bips des appareils médicaux, le passage des trains vers Erquelinnes ou Charleroi-Sud. A leur façon, les automotrices rythment le temps, aident à compter les heures avant les prochaines visites. Lorsqu’on connait leurs horaires, on sait quand la dernière est passée et quand la nuit s’installe sur la ligne et dans la chambre.

    ligne 130a,lobbes,trains vides,gare,sncb,charleroi-sud,erquelinnes

    (ci-dessus: La gare de Lobbes jouxte la Clinique Saint-Joseph. Photo prise le 1er janvier 2007.)

    La dernière automotrice du jour est un train roulant à vide, pas en service commercial. Parfois, le conducteur a éteint l’éclairage des voitures. Parfois pas. Ce qui est sûr, c’est que le train roule, avec un conducteur et – il faut le supposer – un accompagnateur, une accompagnatrice peut-être, rentrant au dépôt, à Charleroi, pour reprendre la voiture. Il n’y a aucun voyageur, pas d’arrêt en gare, juste une automotrice filant comme pour en finir avec le jour.

    Il en va de même le matin. Ils sont trois, aux petites heures, les trains vides qui filent vers Erquelinnes sans abonnés à bord. Leur seul service commercial sera celui qui chargera les travailleurs matinaux, les étudiants aux longs cours, vers Charleroi, après le changement de poste de conduite. A la Clinique, ces deux matins-là, ils m’ont réveillé gentiment. Mais après le petit-déjeuner, je me suis demandé où se trouvait la logique financière en la matière. Un train un peu occupé n’est-il pas plus rentable qu’un train roulant à vide, sur un parcours donné, à une heure donnée ?

    La Belgique a beau être la patrie du surréalisme, il doit y avoir une explication logique, que j’aimerais avoir tôt ou tard… Tant qu’à savoir, qu’on nous explique également les déterminants de la rentabilité du service voyageurs à la SNCB. Il sera nécessairement question de coûts et de recettes. Le nombre de voyageurs doit bien figurer parmi ces déterminants. Et j’ose croire que les coûts d’un train roulant à vide sont à peu près les mêmes qu’un train embarquant, çà et là, quelques voyageurs. Ce ne sont tout de même pas les huit minutes de coût salarial pour deux employés, celles dont la SNCB ferait l’économie si un train à vide arrive plus vite à destination qu’un train marquant l’arrêt partout, qui sont déterminantes… ?

    Tout ça pour dire qu’il y a dans le mystère des trains vides une vérité qui m’échappe. Et qui permettrait peut-être d’expliquer pourquoi la SNCB souhaite faire l’économie, dès décembre, de deux trains pas si vides, ramenant chez eux des gens bien, fatigués ou juste retardés !

    ligne 130a,lobbes,trains vides,gare,sncb,charleroi-sud,erquelinnes

    (ci-dessus: Il était 10h30 le 16 mai 2014 quand l'automotrice 961, assurant un train vers Erquelinnes, a fait son entrée en gare de Landelies.)

  • Avec l'aide de navetteurs.be

    Après avoir lancé ce blog et envoyé des courriers à Messieurs Paul Furlan (Bourgmestre en titre de Thuin, Ministre wallon des Pouvoirs Locaux, de la Ville et du Tourisme) et Marcel Basile (Bourgmestre de Lobbes), j'ai démarré une pétition. Ensuite, j'ai demandé de l'aide à navetteurs.be, dont je suis membre et avec qui je collabore depuis près d'un an. Grâce à eux, la pétition a commencé à circuler. A l'heure où j'écris ce mot, 361 personnes avaient déjà signé...

    Il se dit que c'est déjà la semaine prochaine que la SNCB prendra connaissance des observations, remarques et critiques formulées par navetteurs.be et les autres associations d'usagers. C'est dire s'il faut frapper fort - et maintenant!

    Il semblerait que La Nouvelle Gazette consacrera dans son édition de demain un article à la problématique de la suppression des trains en soirée sur la ligne 130A. J'ai également expliqué à la journaliste le problème des correspondances entre les trains arrivant de Tournai, Mons et La Louvière et ceux démarrant vers Thuin, Lobbes, Erquelinnes. 

    Je vous donnerai un aperçu plus détaillé de la problématique des correspondances dans les jours prochains.

    En attendant, je me joindrai à navetteurs.be pour une action en gare d'Erquelinnes ce vendredi 6 juin en matinée. Des tracts seront distribués, et les média ont été invités. J'en ferai rapport ici, dès vendredi soir.

    Le combat continue, plus fort encore, car personne ne peut se satisfaire de ce que la SNCB propose pour la ligne dès le mois de décembre...

    LTDE6.JPG

    (ci-dessus: le point d'arrêt de Marchienne-Zône, photographié ici le 7 juin 2009, figure parmi les plus insalubres de Wallonie, selon une étude menée par navetteurs.be.)

  • A Charleroi-Sud, vous courrez d'un quai à l'autre en décembre!

    ligne 130a,train,gare,sncb,correspondances,charleroi-sud

    Les élections sont passées et ceux qui nous dirigeront demain sont occupés à s'accommoder. En Belgique, cela peut prendre du temps... 

    Alors, en attendant, autant laisser monter la colère... ensemble!

    J'ai examiné les correspondances entre les trains à Charleroi-Sud, telles qu'elles seront dès le 14 décembre prochain. Les voyageurs qui arrivent par le train en provenance de Lille, Tournai et Mons auront deux (2) minutes pour passer de la voie 7 à la voie 11 et embarquer dans le train à destination de Thuin, Lobbes et Erquelinnes.   

    C'est ainsi qu'étant parti de Tournai à 17h45, ou de Mons à 18h18, vous arriverez à Charleroi-Sud à 18h52 SI LE TRAIN EST A L'HEURE. Si pas, il sera trop tard. Vous aurez raté le DERNIER train du jour vers Erquelinnes, parti à 18h54 et s'éloignant déjà vers Marchienne-Zône! 

    Deux minutes entre deux trains? A la SNCB, même quand les trains sont à l'heure, on estime la durée minimale d'une correspondance à cinq minutes. Vous pouvez le vérifier aisément à travers le module Billets et horaires sur leur site...

    Aux personnes qui ne courent plus dans les escaliers, la SNCB dira sans doute qu'il fallait prendre un train plus tôt...