Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

charleroi

  • Quelque part entre Paris et Cologne...

    Au début des choses, il y eut l’arrivée du train à Charleroi en 1843, lorsque l’Etat souhaita relier Braine-le-Comte à Namur. Mais, dans la genèse de nos chemins de fer, l’Etat n’avait ni les moyens, ni l’ambition de développer un réseau reliant tous les coins du pays. Il autorisa donc des compagnies privées à développer des lignes ferroviaires partout où elles y verraient un intérêt. Rappelons ici qu’au milieu du XIXème siècle, l’industrie dans la région de Charleroi était déjà très prospère… Très tôt, on ambitionna de la relier par le rail au marché français. De l’autre côté de la frontière, la puissante Compagnie du chemin de fer du Nord Français chercha, au gré des concessions, des rachats et des financements, à développer une connexion ferroviaire entre Paris et Cologne, qui traverserait forcément la jeune Belgique.

    ligne 130a,charleroi,france,erquelinnes,namur,saint-quentin,paris,cologne,train,nord-belge

    Dans son ouvrage « La Compagnie du Nord-Belge et ses locomotives », André Dagant nous rappelle pourtant que c’est une « Société anonyme du chemin de fer de Charleroy à la frontière de France », d’administration anglaise, qui obtint la concession et entama sa réalisation dès 1845, avant même le premier coup de pioche du côté français. Le chantier, qui dura près de sept années, fut particulièrement laborieux : « La Sambre moyenne s’écoule dans une sombre vallée boisée, dont la beauté sauvage est inquiétante, presque sinistre, et où il n’y a fréquemment place que pour très peu de chose à côté de la rivière… Tous les problèmes de l’art de l’ingénieur vont se poser. ». On peut même parler de réalisation héroïque lorsqu’on se souvient que tous les travaux, y compris les tranchées rocheuses, furent réalisés exclusivement à l’huile de bras !

    Les premiers trains circulèrent sur la ligne le 11 octobre 1852. Mais avant l’été qui suivit, les administrateurs de la « SA du chemin de fer de Charleroy à la frontière de France », exsangue financièrement, avaient signé une convention provisoire avec la Compagnie du Nord Français, qui reprit immédiatement l’exploitation de la ligne et en paracheva la réalisation. L’année suivante, cette compagnie reprit à bail le chemin de fer de Namur à Liège, alors que, de l’autre côté de la frontière, s’achevaient enfin les travaux reliant Erquelinnes à Saint-Quentin. Ainsi commença donc le règne des chemins de fer du Nord en nos contrées, n’en déplaise à l’Etat… 

  • Petit rallye pédestre le long de la ligne 130A

    Puisque ce blog voudrait promouvoir la ligne 130A, autant vous la présenter comme je la vois depuis douze ans. J’aime marcher; vous le saurez. La Sambre et ses villages n’ont plus de secret pour moi, ou si peu. Et donc, avec le temps, j’ai compris que le plus grand mystère de l’existence est… le temps lui-même. Infiniment long ou court, c’est selon. De petites automotrices, ignorantes de la chose, émergent de la brume qui nappe la rivière au petit matin. A Landelies, à Labuissière, à Solre-sur-Sambre, elles fendent l’air et feignent l’aisance, foncent vers Erquelinnes et fondent déjà sous un soleil naissant…

    ligne 130a,charleroi,erquelinnes

    Alors, marchons ensemble de Charleroi-Sud à Erquelinnes et même au-delà. Vous verrez peut-être autrement ces rails que vous arpentez au quotidien ou seulement parfois. Si vous ne connaissez pas du tout la ligne 130A, alors j’essaierai de vous en donner une image actuelle, un aperçu intime, indulgent certes, mais tellement amoureux. Un petit voyage dans le temps, infiniment court ou long…

     

  • Passons à autre chose...

    sncb,ligne 130a,charleroi,erquelinnes

    [ci-dessus: comme prévu, la SNCB a attendu début septembre avant de lancer sa communication grand public concernant les nouveaux horaires entrant en vigueur en décembre 2014.]

    J’ai lancé ce blog dans l’urgence, il y a quelques mois, pour soutenir la pétition visant à prévenir la suppression de trains en soirée sur la ligne 130A. On le sait désormais : on a récupéré un des deux trains qui devaient passer à la trappe. Mais l’erreur serait de s’en contenter car l’avenir tout entier de la ligne reste incertain. Avec le temps, je finirai bien par savoir si les rumeurs d’une fin programmée sont vraies…

    Pour en finir avec le plan de transport et les changements d’habitudes qu’il engendrera dès la mi-décembre, qu’il soit rappelé ici que tous les usagers de la ligne peuvent désormais consulter les nouveaux horaires sur le site de la SNCB, ici. De mon côté, je ne manquerai pas de secouer le cocotier de temps à autres et d’interpeller les décideurs sur l’importance de se mobiliser pour sauvegarder la ligne. De votre côté, il n’y a qu’une chose à faire : prendre le train le plus souvent possible et inviter les gens autour de vous à vous suivre ! De gare en gare, le train relie toujours Erquelinnes à Charleroi plus vite que la voiture…

    Alors, en attendant le prochain combat, ce blog s’inscrira dans la durée afin de protéger la ligne contre ceux qui voudraient la fermer. Partons donc à sa découverte sans tarder, car il faut la faire connaitre. Comme je ne suis ni cheminot ni historien, il y aura peut-être des choses à corriger ou à nuancer. Vous avez des anecdotes concernant la ligne ? Laissez-moi un commentaire ou écrivez-moi – mon adresse email figure sur (presque) toutes les photos. Car une chose est certaine : je ne sauverai pas la ligne tout seul…

     

    [ci-dessous: nos chemins de fer changent; il n'y avait à quai, à Charleroi-Sud, ce dimanche 28 septembre 2014, presque que des nouvelles automotrices Desiro. C'était également une Desiro, qu'on ne voit pas à l'image, qui assurait les services sur la ligne 130a...]

    sncb,ligne 130a,charleroi,erquelinnes

  • Une action de terrain

    J’étais à Erquelinnes en matinée, vendredi dernier, pour une action de terrain à l’initiative de navetteurs.be. Nous étions en place dès 6h25, et nous avons pu commencer à distribuer des tracts aux voyageurs arrivant ou partant vers Charleroi. Vous nous avez peut-être vus ; nous avons peut-être échangé quelques mots…

    Les quatre cent tracts distribués, comme vous avez pu le découvrir dans l’article précédent, alertaient les usagers de la grande menace qui plane sur les trains en soirée. Certains parmi vous étaient déjà au courant; d’autres sont tombés des nues. Certains n’ont pas percuté; d’autres ont juré qu’ils signeraient la pétition dans l’heure. Même les plus jeunes se sont arrêtés, signe que la mobilisation concerne réellement tout le monde.  Les accompagnateurs de la SNCB nous ont réservé un accueil chaleureux – et il faut le souligner, car ils sont de notre côté.

    Une maman de Fontaine-Valmont m’a paru désemparée. Le train, elle l’utilise le matin pour aller déposer les bambins à l’école à Erquelinnes, puis rentrer chez elle. Les nouveaux horaires rendront cette scène quotidienne moins facile, car elle devra soit attendre plus longtemps à Erquelinnes avant de reprendre le train, soit les enfants arriveront à l’école quelques minutes après le début des cours. « Vais-je devoir passer mon permis ? », m’a-t-elle glissé, assez inquiète, sans vraiment attendre de réponse.

    ligne 130a,erquelinnes,navetteurs.be,train,gare,sncb,charleroi

    Une étudiante et sa maman ont tenu à m’expliquer que la suppression des trains en soirée forcerait la première à prendre un kot dès la rentrée, ce qui représente une dépense supplémentaire non négligeable pour la famille. Un habitué m’a confié que, travaillant à Mons, il craignait pour la correspondance à Charleroi au retour, le soir. « Comme ils ne sont jamais à l’heure… », a-t-il lancé en montant dans l’automotrice.

    Tout grand changement d’horaire des transports en commun s’accompagne de désagréments, a priori plus dommageables pour qui les emprunte au quotidien. La proposition de suppression de trains en soirée sur la ligne 130A, de même que le plan de correspondances avec les trains IC en provenance de Lille-Tournai-Mons-La Louvière, franchit la marge de l’acceptable. C’est ce que j’ai tenté d’expliquer aux journalistes de Télé-Sambre venus prendre le pouls d’une action somme toute réussie.

    Réussie parce que porteuse d’espoir.  

     

  • Alors, que faire?

    Plus tard, je vous expliquerai pourquoi je pense que l’introduction du nouveau plan de transport en 2014 est l’amorce d’un déclin irrémédiable du trafic voyageurs sur la ligne 130A. Il y a certains signes qui ne trompent pas. Pourra-t-on encore prendre le train à Labuissière voire même à Erquelinnes en 2025 ? 

    En attendant, il faut agir et le temps presse. Vous avez peut-être remarqué que la mobilisation contre la réduction de l’offre sur la ligne 132/134 (Charleroi-Sud – Couvin) a déjà fait l’objet de plusieurs articles dans la presse nationale. Une pétition a été lancée, avec le parrainage de navetteurs.be, et près de 3000 signatures ont déjà été récoltées ! C’est 3000 de plus que pour la ligne 130A… 

    Certes, les projets de la SNCB sont particulièrement pénalisants pour les usagers de la ligne de Couvin, puisque non moins de 15 des 54 trains quotidiens passeraient à la trappe. Mais c’est ici qu’il faut rappeler que l’érosion de l’offre sur la ligne 130A n’a pas attendu le nouveau plan de transport. Il y a d’abord eu, il y a presque cinq ans, la suppression du train Charleroi-Erquelinnes de 22:13. Et quatre autres trains ont été supprimés en décembre 2012 « pour raisons économiques ». Le conseil communal de Thuin avait à l’époque adopté deux motions et des interpellations du Ministre de tutelle avaient eu lieu à la Chambre et au Sénat.

    Aujourd’hui, j’ai envoyé des courriers à Paul Furlan (PS), Bourgmestre en titre de Thuin et Ministre wallon de l’Aménagement du Territoire, de la Ville et du Tourisme, et à Marcel Basile (cdH), Bourgmestre de Lobbes, afin de leur demander quelles actions ils comptaient entreprendre pour garantir une offre de trains convenable en soirée sur la ligne 130A. Je prépare une série d’autres courriers adressés aux mandataires et aux média. Je vous tiendrai informé des réponses que je recevrai. 

    Mais il ne faudrait pas que ce combat reste celui d’une seule personne. Comme nombre d’entre vous sans doute, j’ai une vie professionnelle et privée bien chargée. Je ne ferai rien sur Facebook, auquel je suis profondément allergique. C’est pourtant un terrain à occuper à tout prix !  

    Alors voilà, je lancerai ici une pétition bien tardive et j’en ferai l’écho avec les moyens du bord. Passez l’info ; c’est important. Tout simplement parce qu’il est impensable que le dernier train pour Erquelinnes parte de Charleroi à 18:54 déjà… 

    plan de transport 2014,sncb,ligne 130a,train,charleroi,erquelinnes,thuin,lobbes